/HEN

 

      Sensitive, complex, nuanced, exacerbated, sexual, homo, bi, hetero, white, black, woman...man. There is a plethora of terms defining a person. But gender is one of those archaic concepts still defining our modern society. Exempt of nuances, this binary idea is, today, questionned. With it, our whole identity evolves. It is then the nuances of the infinite plurality of the interval that humanity is exploring. Free from all constraints, Jeanne Ménétrier draw up a 3-year cartography of emotional travel where the limit, the box, the sharpness, the simplicity give away to the unknown, to the confusion, to the incoherence of the infinite ambiguity of genders. With her work, she explores this infinite complexity of human identity, meeting characters, whose only criterion of selection was the emotion they gave to her. Jeanne records the unsettling, foggy and hazy reflection of their gender, but above all, their identity.

 

Sensible, complexe, nuancée, exacerbé, sexuel, homo, be, hétéro, blanc, noir, femme...homme. Il existe pléthore de termes définissant une personne. Mais le genre fait partie de ces concepts archaïques définissant notre société moderne. Exempt de nuances, cette idée binaire est aujourd'hui remis en cause. Avec elle, c'est toute notre identité qui évolue. C'est alors bien la nuances ou la pluralité infini de l'entre deux que l'humanité explore. La limite, la case, la netteté, la simplicité laisse place à l'inconnu, au brouillé, à l'incohérence de l'infini ambiguïté. Avec son travail Jeanne Ménétrier explore cette infini complexité de l'identité humaine allant à la rencontre de personnages dont le seul critère de sélection fut l'émotion qu'ils ont fait naître chez elle. Jeanne enregistre le reflet troublant, flou et hasardeuse de leur genre mais surtout de leur identité. Libre de toute contrainte, elle dresse ainsi une cartographie de 3 ans de voyage émotionnel, dont la photographie, art communément qualifié d'apparence, se transforme, grâce à l'utilisation de flou, doubles expositions, et surimpression, en art sensible, libre, fictif ou réel, mais surtout terriblement humain.

 

William Farges